Choupie-chat, Papa-chat, la vie et moi...

21 novembre 2016

Ma fille en slip sur Internet

Ce billet, ça fait longtemps que j'ai envie de l'écrire... Et puis, je repousse... Ça me fatigue d'avance de devoir me justifier. Alors que je n'ai pas l'impression de devoir rendre des comptes à qui que ce soit, en fait.

Mais on entend tellement fort les mamans (ou les non-mamans, d'ailleurs) qui jurent que jamais elles ne mettraient ne serait-ce qu'un orteil de leur enfant sur Internet pour ne pas en faire la coqueluche des réseaux pédophiles de France et de Navarre et le condamner à une vie de misère et d'opprobre que j'avais envie de rétablir un peu l'équilibre. Et puis, je me dis que c'est une forme de lâcheté, de ne pas aller vers le débat (ou d'y aller uniquement sur le blog des autres).

Oui, je mets des photos de ma fille sur Internet. Oui, en mode public. Et je vais bien. Et puis elle aussi. Je n'ai rien contre les parents qui ne le font pas, mais j'aimerais bien, si possible, qu'ils ne me fassent pas de leçon de morale implicite... ou explicite.

Alors voilà, je vais prendre mon courage à deux mains (vous ne savez pas ce que ça me coûte d'écrire sur ce sujet, moi qui ai horreur de la contradiction) et répondre aux principaux arguments anti-photos qu'on entend habituellement.

Je ne veux pas que la photo de mon enfant tombe entre les mains d'un malade.

Bon, alors, il va falloir définir le terme "malade". Malade comme pédophile ? Mais pourquoi diable mes photos d'enfant intéresseraient un pédophile ? Je ne poste jamais de photos de ma fille toute nue (y'a pas écrit "tarée" non plus), alors qu'est-ce qu'ils trouveraient sur mon blog qu'ils ne peuvent pas trouver en ouvrant le catalogue de Noël Toys'R'Us ? 

Mais imaginons, un pédophile particulièrement tordu récupère des photos de ma fille. Disons que c'est un maniaque, il fait une fixation sur ma fille spécifiquement, peu importe qu'elle porte des vêtements ou non. Qu'est-ce qu'il va faire ? Quel est le danger réel pour ma fille ? Il ne connaît pas notre nom de famille, il ne connaît pas notre adresse, il ne connaît même pas la ville dans laquelle nous habitons.

A ce compte-là, il est beaucoup plus dangereux de sortir son enfant dehors (sans cagoule j'entends), au vu et au su de tous les pédophiles du coin (oui oui, y'a de vrais pédophiles dans la vraie vie, ils ne sont pas tous sur Internet), qui pourront éventuellement vous prendre en filature et agresser l'enfant à la première occasion. Et pourtant, c'est un risque que nous prenons tous, quotidiennement, sans nous poser une seule question.

Je n'ai jamais entendu une seule histoire d'enfant agressé physiquement par un pédophile parce que ses parents avaient mis des photos de lui sur Internet. Mais si vous en avez, partagez, c'est d'utilité publique, je suis d'accord !

Ce qu'on entend parfois quand même, et qui semble un peu plus probable, ce sont des histoires de photos d'enfants récupérées par des gens qui s'ennuient vraisemblablement dans leur vie et vont s'en inventer une autre avec des photos de nos enfants. Oui c'est flippant. Oui "malade" décrirait bien aussi ces personnes. Oui ça me dégoûte un peu, et non je n'aimerais pas que ça m'arrive (mais je suis une petite blogueuse, et je poste quand même assez peu de photos, et encore moins de photos de face en gros plan, pour qu'une adolescente aille s'inventer une vie avec des photos de ma fille...).

C'est d'ailleurs pour prévenir ce risque-là de vol de photos que j'ai ajouté une watermark à mes photos.

2016-11-20_0001

Si si, regardez, elle est juste là !

 Alors je sais, ça s'enlève facilement avec Photoshop (surtout que je ne la mets pas sur le visage de ma fille comme je vois d'autres blogueuses le faire, ce qui est bien sûr intelligent : va reconstituer le visage d'un enfant au pinceau de clonage sans lui faire une tronche à la Picasso), mais ça a quand même, je pense, un effet dissuasif. Je n'évite pas tous les risques, mais j'en évite une partie. Ça me semble un bon compromis.

Mais bon, admettons, on me vole des photos. Pire, on s'invente une vie fictive avec, dont ma fille serait l'héroïne. C'est creepy et rageant intellectuellement, mais le risque physique pour l'enfant ? Encore une fois aucun. 

L'image de mon enfant ne m'appartient pas.

Ah ben si. Désolée, mais l'image de ton enfant t'appartient. Tu es son tuteur légal jusqu'à sa majorité, et jusqu'à sa majorité, tu prends toutes les décisions importantes pour lui. Ce qu'il va manger, où il va passer ses vacances, et si tu diffuses ou non des photos de lui par n'importe quel média que ce soit.

Non parce qu'imaginez, ce serait invivable, un monde où il faudrait que tu demandes l'autorisation à ton enfant de 2 ans pour envoyer une photo de lui à Mamie Thérèse, qui montrera peut-être cette photo à des tas d'inconnus (sa femme de ménage, son infirmière à domicile, son auxiliaire de vie, et même le boulanger ou la crémière pour peu que Mamie Thérèse ait un portable et que tu lui aies envoyé la photo par MMS). 

Et puis, si les enfants avaient un vrai droit à l'image, s'il fallait obligatoirement leur consentement éclairé (sachant que de toute façon, on ne peut pas considérer qu'un mineur a un consentement éclairé : c'est précisément ce qui fait la différence avec un majeur) pour diffuser des photos ou des vidéos d'eux, alors nous vivrions dans un monde entièrement dépourvu d'images d'enfants. Pas d'enfants dans les pubs, pas d'enfants dans les films, pas d'enfants sur les paquets de couches, pas d'enfants dans les catalogues de mode enfantine (ou alors tous floutés, je ne sais pas si vous imaginez le bordel)... Oui oui, je vous jure, ceux-là aussi ce sont de vrais enfants, qui ont une vie, un prénom, des amis, des parents...

Et, oui, sur les images libres de droits (ou pas, mais je rappelle à toutes fins utiles que si elle n'est pas postée sous la licence creative commons, une photo publique n'est pas pour autant utilisable par n'importe qui) que vous trouvez sur Internet pour illustrer vos articles, ce sont aussi de vrais enfants avec une vraie vie et de vrais parents...

Est-ce que tous les parents de ces enfants adorables que nous voyons partout dans notre quotidien sont des inconscients ? Ou des rapiats qui se font de l'argent sur le dos de leur progéniture (mais quand l'argent sert à nourrir lesdits enfants, qui seraient moins bien nourris dans le cas contraire, est-ce toujours du vol ?) ? Peut-être bien. Il n'empêche que nous vivrions dans un tout autre monde sans eux...

Alors oui, on entend des rumeurs d'enfants qui auraient attaqué leurs parents parce qu'ils auraient mis des images d'eux sur Internet. Peut-être qu'aux Etats-Unis, une Cour de Justice donnerait raison à l'enfant (sont fous ces Américains, de toute façon). Mais en France, je ne vois pas trop comment ce serait possible dans la mesure où la loi est très claire : les parents sont responsables de l'image de leurs enfants jusqu'à leur majorité. Et avec de grandes responsabilités, vient un grand pouvoir, pour compenser.

Pour sortir tout de même un peu du sévère cadre légal, pour revenir à un cadre affectif/moral, si Choupie à 7 ou 8 ans me demande explicitement de ne plus publier de photos d'elle sur mon blog (à supposer que je sois encore blogueuse, et blogueuse parentale, dans cinq ou six ans) parce que ça la gêne, il est évident que j'arrêterai. Je suis la première à prôner le respect de l'enfant en tant que personne, je serais bien hypocrite de ne pas écouter son avis sur ce coup-là. Mais pour l'instant, elle a 2 ans et demi, et aucun avis sur la question, alors la décision, je la prends pour elle, comme beaucoup d'autres.

Et dans vingt ans, est-ce que nos enfants devenus adultes nous en voudront d'avoir diffusé des photos d'eux alors qu'ils n'étaient pas en mesure de choisir ? Peut-être. Si vous avez une mauvaise relation avec eux, soyez sûrs qu'ils trouveront n'importe quel motif de reproche et que ça en fera partie. Mais je crois que fondamentalement, la plupart des enfants s'en foutront. Ou, au pire, pardonneront. Parce que pour eux qui auront grandi avec ça, ce sera juste naturel. Une excentricité de leurs parents, avec laquelle ils seront d'accord ou non, mais qui en tout cas ne gommera pas d'un coup d'un seul tout ce qu'ils leur auront aussi apporté de positif dans leur vie.

Je m'inquiète pour la e-réputation de mon enfant.

Préoccupation légitime. Nous savons que tout ce que nous postons pourra éventuellement être récupéré par des connaissances mal intentionnées ou des employeurs peu (ou un peu trop) scrupuleux. Mais généralement, ce sont nos publications qui nous font du tort, nos publications qui sont suceptibles d'être retournées contre nous... pas celles de nos mamans.

Vous avez déjà vu un employeur chercher le nom de la mère de quelqu'un pour se faire une idée de la personne qu'il veut employer ? Et même si c'était le cas, vous trouvez que "je vous ai vu la face pleine de chocolat sur le Facebook de votre maman" est une bonne raison pour évincer un candidat parfait par ailleurs ? Vous pensez que votre employeur n'a jamais eu la face pleine de chocolat dans sa tendre enfance ?

Alors évidemment, si votre maman publie des photos de vous dégradantes ou avec des légendes à votre désavantage, en prenant soin de vous identifier pour que la photo apparaisse dans votre propre journal ("Jean-Kévin ivre-mort après sa soirée strip-teaseuses <3"), oui, il y a un risque. Après, pour le coup, si votre maman est débile ou a juré votre perte, ce n'est pas de votre faute... mais ce n'est certainement pas de la mienne non plus. A un moment, il faut aussi savoir en tant que parent se mettre des barrières.

Je ne publie pas de photos dégradantes de ma fille. Je ne tiens pas des propos insultants ou pouvant porter préjudice à ma fille. Je ne publie pas de photos d'elle les fesses à l'air, je ne vous fais pas tous les lundis un "point popo". Peut-être que ma fille en lisant mon blog à 15 ans aura honte de ce que j'aurai dit sur elle (les ados de 15 ans ont honte de tout et n'importe quoi - Choupie de 15 ans, si tu me lis, ne le prends pas mal), mais je suis en tout cas moi certaine de n'avoir rien dit qui soit honteux en soi (oui Choupie de 15 ans, tu faisais parfois pipi dans ta culotte à 2 ans, mais je suis sûre que Paul-Mattéo, ton petit ami trop trop beau, n'a pas eu non plus la propreté innée). Mais on s'éloigne du sujet des photos (parents anti-photos, soyez sûrs que vos enfants de 15 ans seront aussi morts de honte quand ils liront vos blogs)...

... pour revenir tout de même à celui du blog (non parce qu'avant, je vous parlais surtout des réseaux sociaux). Je ne connais aucun parent blogueur qui donne le prénom ET le nom de son enfant sur son blog. Partant de là, je ne vois pas comment un éventuel employeur ou un éventuel collègue de bureau jaloux pourrait tomber sur une photo particulièrement peu flatteuse de Choupie et s'en servir pour accomplir ses vils desseins. C'est vrai que le prénom de ma fille est rare et pourrait suffire à lui seul. Oui mais justement, je ne le donne pas (enfin si, je l'ai peut-être dit une fois ou deux, mais je ne vois pas trop quel moteur de recherche irait déterrer ces deux articles avec le seul prénom de ma fille en barre de recherche).

En fait, la probabilité que nos enfants aient la honte à leur mariage devant tous leurs collègues et amis quand leur frère ou leur soeur aura récupéré des photos d'eux vraiment limites dans l'album photo de Mamie Thérèse (mais si, vous savez, la psychopathe qui montre des photos de vos gosses à sa crémière) pour en faire un powerpoint est quand même bien bien supérieure, et sans doute plus préjudiciable pour sa vie sociale future (non ? alors de quoi on s'inquiète ?)...

Tout ça pour dire quoi ? Non pas pour dire que votre choix de ne pas publier de photos de vos enfants est ridicule. Absolument pas. Comme je le dis souvent (spéciale dédi à celles et ceux qui m'auront déjà entendue le dire et redire), on fait tous avec notre propre histoire, nos propres craintes, notre propre sensibilité. Personne n'a à vous juger, ni moi ni un autre. Je n'oblige personne à mettre des photos de son enfant sur Internet, tout comme je n'oblige personne à bloguer (non parce que pour vous et moi qui baignons dans cet univers, ça paraît naturel, mais pour la plupart des mortels, raconter sa vie sur Internet, c'est juste hyper bizarre et impudique). 

Je demande juste à ce qu'on arrête de faire passer les parents qui mettent des photos de leurs enfants sur leurs blogs pour des irresponsables. Parce que ce n'est pas le cas. Parce que oui, il y a des risques (limités), mais qu'il y a aussi des risques (bien moins limités) à mettre son enfant dans une voiture et à prendre la route avec lui. Est-ce que tous les parents voyagent en train ? Pas pour autant.

Notre vie est une succession de choix incluant une balance bénéfices/risques. J'ai fait la mienne. Et je dors très bien la nuit, merci.