Vous commencez à le comprendre, je suis une originale. Du moins, j'aimerais bien l'être. Je me souviens très bien, petite, à quel point le mot "unique" résonnait fortement en moi. Cela justifiait tout : si j'avais peu de copines, si personne ne me comprenait (bon, tout est relatif, je n'ai jamais été une paria non plus), c'était parce que j'étais particulière. En grandissant, mon originalité s'est spécialisée et je suis devenue progressiste. Dans le domaine de l'éducation, notamment, vous avez dû le remarquer.

Je savais que la diversification se faisait idéalement à 6 mois. Je m'étais renseignée. J'étais séduite par la DME (Diversification Menée par l'Enfant), cette pratique qui consiste à présenter à l'enfant des aliments divers, dans une assiette, en morceaux, pour lui apprendre l'autonomie et la diversité des goûts. Ma Choupie-chat tellement curieuse, qui veut tout prendre avec ses petites mains, tout goûter et tout dévorer, ça semblait parfait, pour elle.

Pourtant, voilà, chez moi, il y a les paroles et il y a les actes. Nous l'avons diversifiée à 4 mois. Ben oui. L'allaitement exclusif jusqu'à 6 mois recommandé par l'OMS, c'est super, mais ce n'est pas l'OMS qui supporte prend soin de ma fille. Choupie-chat a toujours été compliquée, passant parfois des journées entières à râler et à pleurer. Alors qui sait ? On comptait un peu sur la diversification pour nous offrir des journées plus apaisées, rompre le cercle infernal des cris/tétée/cris/tétée...

A 4 mois et 10 jours, nous avons donc commencé la nourriture solide. Enfin, solide... Autant vous le dire tout de suite, on n'a pas tenté la DME. A cet âge, Choupie était trop petite pour mâcher et pas assez habile pour saisir des petits aliments et les mettre efficacement dans sa bouche. Et puis je pense que la DME, c'est du boulot. Car non, ça ne signifie pas tout à fait manger comme les adultes, puisque les aliments doivent être choisis digestes, cuits à fond les ballons et quasi pas assaisonnés... en somme, être cuisinés spécialement pour bébé ! Alors entre faire cuire à la vapeur tous les jours une carotte et la mixer, ou faire cuire tous les jours une carotte, une patate, dix haricots verts et un navet, le choix est vite fait ! Je suis une feignasse, Choupie-chat mange de la purée.

Bien partie comme je suis, j'irai plus loin dans la provoc' anti-nouvelle-pédagogie : Choupie-chat mange de la purée industrielle. Blédina et Nestlé ont pris leurs quartiers dans nos placards, les petits pots entamés trônent dans notre frigo, le micro-ondes se charge de réchauffer tout cela. Bouh, au bûcher, Chat-mille ! J'ai essayé, de faire mes purées moi-même, mais j'ai abandonné au bout de trois jours. Je n'ai pas mauvaise conscience : je n'ai pas peur des aliments industriels (pauvre Choupie, elle va en manger toute sa vie, de l'industriel, autant qu'elle s'habitue...) et je pense que Blédina est bien plus doué que moi en matière de purée. Quant au goût, je suis intimement persuadée que les légumes sélectionnés par les marques spécialisées sont largement supérieurs gustativement aux légumes d'Intermarché. Pour qu'il y ait un vrai écart de goût (dans le bon sens !), il faudrait que j'aille faire le marché toutes les semaines (ahem, remontez un paragraphe au-dessus et relisez la dernière phrase). Le seul argument qui me ferait pencher en faveur du fait-maison, c'est l'argument économique (mais si c'est pour économiser des sous, évidemment on laisse tomber les savoureux légumes bio de petits producteurs). On verra peut-être pour la suite. Jusque là, ses cinq petits pots par semaine étaient loin de nous ruiner. 

Oui parce qu'on l'a jouée PRO-GRES-SIVE. Enfin, Choupie-chat l'a jouée progressive. Une cuillère et demi au début. Dix jours plus tard, un quart de pot. Deux semaines plus tard, une moitié de pot. Un mois plus tard, un pot entier. Ouf, on y est ! Il nous a fallu presque deux mois, mais ça y est, elle mange un petit pot entier à chaque repas : un vers 13h, de légume, et un vers 17h30, de fruit. 260 grammes de purée/compote par jour, et du lait à volonté. On ne l'a pas stressée, on n'a pas essayé de la forcer. Quand elle en avait marre, on arrêtait. Les premiers jours, ça ne passait vraiment pas, elle bloquait sur la texture, mais petit à petit ça s'est amélioré (la carotte qu'elle rejettait au début car un peu grumeleuse a même pris la place de l'artichaut dans son coeur). Maintenant elle mange de tout avec plaisir. Il y a certains goûts qu'elle n'aime pas, mais très peu, finalement !

Quant à savoir s'il faut commencer par les fruits ou les légumes... On a refusé de trancher. On a toujours donné un peu de légume le midi et un peu de fruit l'après-midi. Les légumes tous les jours l'ont peu à peu habituée au goût salé, les fruits et leur bon goût sucré l'ont aidée à accepter la texture solide. Deux-trois petites cuillères de chaque au début, ça ne risquait pas de saturer son estomac. Si c'était à recommencer, je referais exactement pareil (c'est rare que je dise ça, notez-le bien, parce que mon parcours de maman, c'est beaucoup de tâtonnements et d'erreurs que je ne referai plus) !

Niveau matériel, pour commencer la diversification, procurez-vous deux mini-cuillères pour bébé en plastique, bien adaptées aux petites bouches, et un récipient qui peut passer au micro-ondes pour réchauffer de petites quantités (attention, à puissance maximale, 20 secondes suffisent à tiédir la purée... si on en attend 30, elle se transforme en lave en fusion !). Du sopalin et une éponge pour l'after, quand il faut évacuer la quantité astronomique de compote tombée au combat. Et des bavettes, beaucoup de bavettes (si possibles pas celles de Tata Gertrude dont la dentelle a soixante-dix ans, plutôt le genre de bavettes qu'on se fiche de pouvoir nettoyer complètement ou non).

En pratique, Choupie-chat mangeait sur nos genoux au début et mange de plus en plus dans la chaise haute maintenant qu'elle se tient mieux (une jolie chaise haute en bois et tissu : Papa-chat était opposé au plastique moche... forcément, le nettoyage, ce n'était pas sa préoccupation première, à lui). Elle préfère et c'est plus facile pour tout le monde. On ne va pas se mentir, elle ne mange pas proprement, une bonne partie glisse de sa bouche. Et vous vous rappelez ce que je vous disais au début de cet article, à propos de Choupie qui veut tout prendre avec ses mains ? Ben oui, la cuillère aussi. Et pour peu qu'elle se frotte les yeux, elle a le visage recouvert de purée ou de compote. Du coup, à la fin du repas, la chaise haute ressemble à une scène de crime.

repasCrime à la printanière de légumes. Réalisé sans trucage. Remarquez l'air pas commode.

Pour limiter les dégâts, on a opté pour la technique de la double serviette : on remonte les manches à fond, puis on met une grande serviette à lacets (important, les lacets, pour laisser le moins d'espace possible entre les vêtements et la serviette) qui recouvre la majeure partie des vêtements et une petite bavette par-dessus pour éviter que l'humidité à proximité de la bouche ne traverse la première serviette et mouille le haut du vêtement. Ca ne marche pas trop mal, même si évidemment, il y a quand même quelques taches. Je nettoie les serviettes tous les deux jours sommairement (pas de lessive, juste un bain dans l'évier avec un peu de savon et frotte-frotte pour éliminer le plus gros) et les vêtements tachés tous les jours (un coup de détachant et une lessive à la main dans la foulée, pour éviter que les taches ne s'inscrustent). Oui, la diversification, c'est contraignant. Même avec des petits pots industriels. Zut.

(Ma technique est certainement hautement imparfaite. Papa-chat empêche Choupie de choper la cuillère et limite un peu les dégâts. Mais moi, mon esprit libertaire -"Mais oui, ma fille, mets tes mains dans l'assiette et gratte-toi le genou après..."- me tuera.)

Pour la suite, l'augmentation des quantités, la mise en place de nouveaux repas, on demandera conseil à la pédiatre. Et puis on lira des livres, car je ne pense pas que la pédiatre ait beaucoup de choses à nous apprendre sur la diversification végétarienne. Je vous dirai comment ça se passe, ce qu'on peut donner en plus des fruits et légumes -céréales, légumineuses, oeuf, fromage, etc.- quand on refuse de donner de la viande (fatalement, je vais devoir mettre la main à la pâte, car Blédina, ratatouille/quinoa et jardinière/riz complet, c'est pas sa cup of tea). On n'est pas pressés. On y va gentiment, vous l'aurez compris. On se revoit dans quelques mois ?

(En attendant, si vous cherchez des exemples de diversification végé, vous pouvez aller voir ce site : http://enfantvege.canalblog.com et si vous cherchez des conseils de nutrition, celui-ci : http://www.vegetarisme.fr/comment-devenir-vegetarien/periodes-vie/)

Edit : Les commentaires du blog ont tendance à se désactiver indépendamment de ma volonté. Si vous avez furieusement envie de commenter mais qu'un message vous l'interdisant s'affiche, n'hésitez pas à me le faire savoir via la rubrique "contactez l'auteur" (moi, donc) ! Pour l'heure, ils sont réactivés sur ce post et les précédents !