Je vous l'avais promis, voici le point nuits de Choupie.

Les nuits de Choupie, je vous en avais parlé ici, et encore . Suite à ces articles, j'avais pu faire un stock assez conséquent de compassion et de bons conseils. Merci à toutes, vous m'avez bien aidée ! (Merci tout particulier à Die Franzoesin pour son petit mail.)

Alors bon, je vous vois venir, et je préfère mettre tout de suite les choses au clair : non, elle ne fait pas ses nuits. J'irai même plus loin dans la provocation : non, elle ne s'endort pas seule. Oui, elle a 18 mois (depuis jeudi dernier). Mais voilà, c'est comme ça.

C'est comme ça parce que, d'une part, je suis la première à le dire : un bébé qui ne fait pas ses nuits à plus d'1 an, ce n'est malheureusement pas rare. Pire : ce n'est pas spécialement anormal. Il n'y a donc pas lieu de paniquer.

C'est comme ça parce que, d'autre part, nous ne faisons rien pour que ça change.

Après un petit moment, il y a deux ou trois mois, où nous étions (enfin, au moins moi) au bord de la crise de nerfs, où je menaçais de l'envoyer chez un psy, d'appeler un spécialiste du sommeil ou de la laisser hurler ad nuitam eternam, nous avons fini par trouver une routine qui nous convenait. Et nous n'avons pas envie, pour l'instant, de la mettre en péril en nous montrant trop gourmands.

Petit rappel des faits

De sa naissance à ses 1 an environ, les nuits de Choupie ont été du total n'importe quoi.

C'est-à-dire qu'elle ne s'endormait que très tard, vers 22 ou 23h, au sein. Pendant un an, nous avons donc fait une croix sur nos soirées. Quand Choupie dormait enfin, on la couchait précautionneusement dans son lit à barreaux, où elle dormait sans souci... jusqu'à 1 ou 3h du matin. Je la prenais alors dans notre lit, pour la rendormir au sein, et elle y restait jusqu'au matin, nous gratifiant entre-temps de deux ou trois (ou quatre ou cinq... enfin, selon les périodes) réveils supplémentaires.

Des 1 an de Choupie à ses 16 mois environ, nous avons connu l'ère transat.

Le plan initial (conçu par mon diabolique esprit) était le suivant : puisque Choupie faisait volontiers des siestes dans son transat, bercée par son père, quand je n'étais pas là, nous allions utiliser son addiction aux bercements pour la déshabituer à l'endormissement au sein. C'était un plan en trois étapes :

  1. Une première semaine, nous la coucherions dans son transat, au plus tard à 21h30, et la bercerions jusqu'à ce qu'elle s'endorme.
  2. Une semaine plus tard, elle devait être au lit à 21h, et les bercements devaient cesser, remplacés par la simple présence rassurante d'un parent à ses côtés.
  3. Une semaine encore plus tard, elle devait réintégrer son lit, et notre présence ne devait plus être nécessaire à son endormissement.

C'était parfait, et fichtrement bien pensé... sauf qu'il n'y a jamais eu d'étapes 2 et 3 ! Pendant quatre mois environ, elle a été bercée dans son transat pour s'endormir. Eh, ça marchait trop bien ! Je crois qu'il faut ne pas avoir bien dormi pendant un an pour comprendre à quel point on peut être réticent à changer une méthode qui marche à peu près...

Nous la couchions donc à 21h30, l'endormions pendant une grosse demi-heure, et profitions ensuite de notre soirée (révolution !). Elle se réveillait vers 2 ou 3h du matin, et Papa-chat allait la rendormir en la berçant. Enfin, vers 5 ou 6h, elle réintégrait le lit conjugal familial, où elle tétait et se rendormait, en attendant sagement une heure décente pour se lever (8 ou 9h, quoi).

Cette période aurait pu durer toujours, mais une personne y a mis fin. Allez, aujourd'hui, je dénonce, il s'agit d'Elodie d'Un énième blog de maman. C'est elle qui la première, il me semble, m'a suggéré d'opter pour un matelas à terre pour coucher ma fille (idée saugrenue, n'est-ce pas ?).

La situation aujourd'hui

Un jour, j'ai donc viré le transat, viré le lit à barreaux, et posé le matelas de ma fille par terre, contre un mur (en face de la porte : il paraît que c'est important).

J'ai mis sa couverture de naissance, celle qu'on mettait dans le transat pour qu'il soit un peu plus douillet (et qui sent son odeur à trois kilomètres) (mais pas aujourd'hui, car je l'ai lavée), sur le drap housse. J'ai installé ses peluches contre le mur, et son tapis d'éveil à côté du matelas, avec le gros coussin écureuil (double intérêt : on s'y couche pendant qu'on l'endort, et elle ne se fait pas mal pendant la nuit si elle roule en dehors du matelas). Enfin, j'ai mis sa petite polaire lapin pour la couvrir, puisque de toute façon, ça fait bien longtemps qu'elle ne veut plus de la gigoteuse. Gigoteuse toujours présente néanmoins, roulée en boudin à la tête du lit, pour éviter que Choupie se cogne le haut du crâne contre le mur.

Concrètement, ça donne ça :

lit-montessori

choup-joue-lit

choup-lit

choup-dodo

C'est, je crois, ce qu'on appelle dans le jargon un "lit Montessori". Et c'est bien la première fois que je fais consciemment (ou presque) quelque chose de Montessori ! Je me suis énormément inspirée de ce que j'avais vu sur un blog... mais alors, je ne sais plus du tout lequel (ça craint, hein, parce que son lit était bien plus joli que le mien, alors j'aurais bien aimé vous mettre le lien) (si quelqu'un reconnaît son lit...) !

C'est ainsi qu'un beau jour, j'ai dit à Papa-chat que son transat, il pouvait se le mettre aux fesses dorénavant, notre fille dormirait dans son lit. Enfin, du moins, sur son matelas. Les premiers couchers ont été un peu durs, car ça a fait un gros changement, mais elle n'a jamais eu peur d'aller dans ce lit et l'a assez vite adopté. 

Désormais, elle s'y couche donc à 21h30 (toujours... mais elle dort bien plus tard le matin que la plupart des bébés de son âge, alors je trouve que ça compense), et l'un de nous reste avec elle jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Elle se réveille généralement une fois dans la nuit, et se rendort assez facilement avec notre aide. Vers 6 ou 7h, souvent, elle a faim : on lui fait un biberon, et elle se rendort jusqu'à 8h30-9h30.

Je sais que pour certains parents, le fait qu'elle ne s'endorme pas seule et se réveille une ou deux fois par nuit pourrait être problématique. Mais ce n'est rien par rapport à ce qu'on a pu connaître avant. Alors pour l'instant, on fait comme ça, et puis voilà. Dans deux ou trois mois, j'essaierai peut-être une autre méthode, pour qu'elle s'endorme seule et ne nous réveille plus, on verra. Au moins, on ne pourra pas dire que les changements auront été brutaux !

L'autre petite chose qu'on a ajoutée dans sa chambre (c'est sans doute important de le mentionner), c'est une veilleuse. Je suis plutôt une flippée de l'électricité, alors je ne voulais pas de quelque chose qui soit branché toute la nuit, ce qui m'a bloquée pendant plus d'un an (on avait bien un truc à piles, mais il s'éteignait automatiquement au bout d'un moment : sans intérêt en cas de réveil en pleine nuit). On en a finalement trouvé une qui se recharge quelques heures pendant la journée et brille ensuite toute la nuit.

Je ne sais pas si ça fait une grosse différence en matière de consommation d'énergie (surtout que souvent, on la branche le matin et on l'oublie toute la journée !), mais psychologiquement, je me sens en paix avec moi-même. Et je ne sais pas si ça fait une grosse différence pour Choupie, d'avoir de la lumière dans sa chambre la nuit, mais j'ai quand même l'impression qu'elle a moins peur en se réveillant.

Pour ceux que ça intéresse, c'est la veilleuse Night Light de Safety 1st : elle est mobile, pas chaude au toucher et fait aussi lampe torche si l'enfant (plus grand) a besoin d'aller faire pipi au milieu de la nuit. Nous, on l'a trouvée en supermarché, mais apparemment, on peut aussi la trouver sur internet (oui, on dirait que je vends un truc exceptionnel, mais pour de vrai, elle est vraiment cool et pratique).

Une petite précision enfin, parce que je sais que c'est LA grande question en matière de lit dit Montessori : est-ce qu'on n'a pas peur que Choupie se lève et mette le souk dans sa chambre à 3h du mat ?

Non. Quand elle se réveille, elle pleure et ne bouge pas de son lit. Elle ne s'est jamais levée pour faire quoi que ce soit. Alors, je sais : l'intérêt d'un lit Montessori, c'est justement que l'enfant soit autonome. Mais pour l'instant, je crois qu'elle n'est tout simplement pas prête. L'intérêt principal du lit sans barreaux, pour elle comme pour nous, c'est qu'on peut rester à côté d'elle pour l'accompagner dans le sommeil. Et puis elle n'est pas "enfermée" comme dans un lit à barreaux, elle le vit mieux.

Enfin, au pire du pire, si ce lit-là ne lui plaît plus, elle pourra toujours compter sur le chat pour lui filer un petit bout de panier...

choup-panier