Warning : cet article va parler de pipi, de caca et de pot. Si ce genre de thématiques vous agacent ou vous dégoûtent, je vous conseille de tourner des talons derechef. Je préfère ne pas être lue que retrouver une capture d'écran de mon blog sur le site des MILK ;)

--------

S'il y a bien quelque chose qu'en tant que parent, je n'avais pas envie de presser, c'était le pot.

Je sais que les couches dérangent certaines personnes (à commencer peut-être sûrement par les bébés eux-mêmes), mais pas moi. Bon, évidemment, ce n'est jamais agréable d'en trouver une remplie, et je suis la première à tenter de marchander avec Papa-chat pour ne pas être celle qui la change... Mais disons que je préfère l'idée du pré-emballage (ben oui, au final, on a juste à refermer) à celle de devoir aller ramasser moi-même la chose, en mettant potentiellement mes délicats petits doigts dedans.

Et puis surtout, je ne savais pas comment m'y prendre. Comme le faisait remarquer une blogueuse que j'ai lue récemment, avant le pot, il y a peu d'apprentissages à proprement parler dans la vie de bébé. Oui il marche, mais finalement, ce n'est que la continuité des autres mouvements qu'il a initiés. Oui il parle, mais finalement, il ne fait que nous imiter. Pour le bébé, tout cela est instinctif, et pour le parent, ça demande carrément zéro effort ! 

Il en va autrement du pot. La propreté, ce n'est pas instinctif. Il est sûrement instinctif d'aller dans un endroit reculé et de s'acroupir, mais pas de se poser sur des WC (ou sur un pot, dans le cas qui nous occupe). Et pourtant, c'est bien cela qu'il faut leur apprendre. Comment ? Ça, c'est le grand mystère. Nulle part je n'ai vu de véritable mode d'emploi.

bebe-pot

(Être blogueuse. Organiser un shooting avec un pot, un poupon et un rouleau de PQ.)

J'ai lu qu'il fallait mettre son enfant fesses à l'air, et j'ai lu qu'il fallait le motiver. Mais comment l'enfant reconnaît son envie ? Comment il lui vient l'idée d'aller sur le pot ? Quel est le nombre normal de pipis à essuyer avant que l'enfant ne comprenne ? Je ne sais pas. Il faut donc se lancer tête baissée.

Alors nous voilà, Choupie et moi, un beau samedi de juin, face à face avec le pot, le body relevé pour éviter qu'il ne soit trempé, et un rouleau de sopalin prêt à être dégainé.

Choupie a 2 ans révolus (elle les a eus fin avril). On n'est pas pressés, mais on préférait tenter ça l'été. Chez nous, l'hiver, il fait très froid, donc je ne me vois absolument pas la mettre fesses nues en cette saison. Et l'été prochain, elle aura plus de 3 ans, donc ça fera quand même un peu tard pour initier le truc ! En plus, autour d'elle, on voit des bébés de 18 mois à peine qui s'y mettent. Alors on s'y met aussi, de peur d'être à la traîne.

Grimpe-t-elle les escaliers ? Mouais. C'est dur à dire. Nous habitons un duplex, et l'escalier est extrêmement raide, les marches très hautes et il n'y a pas grand-chose pour s'appuyer. Donc elle les grimpe, oui, à quatre pattes, ou avec notre aide. Et les autres escaliers qu'elle peut croiser... eh bien, il lui arrive de les monter seule. Sur quelques marches. Plutôt rarement. Mais il faut dire que puisqu'ils ne sont pas chez nous, elle n'a pas beaucoup d'occasions de s'entraîner.

Est-elle consciente de ce qu'est le pipi ? Aucune idée. Elle nous prévient quand elle fait caca (ou quand elle a fait caca ?), mais pas quand elle fait pipi. Je ne suis même pas sûre qu'elle sache associer le mot "pipi" (qu'elle connaît, pourtant) au vrai pipi. Et comment le pourrait-elle, puisqu'elle porte des couches depuis sa naissance et qu'à part elle, personne ne sait quand elle fait pipi ? 

Est-elle capable de se retenir ? Ben j'en sais rien. Et tant qu'on essaie pas, on saura pas.

Samedi. Maman. Choupie. Le pot. 

Objectifs : savoir ce qu'est le pipi, apprendre à reconnaître l'envie, comprendre à quoi sert le pot. Le but n'est pas qu'elle soit propre, mais qu'elle ait les bases (il me semble compliqué d'apprendre la propreté quand on ne sait pas ça).

Bilan après un après-midi entier de fesses à l'air : du pipi un peu partout dans la maison SAUF dans le pot (ok, je suis mauvaise langue, on en a eu un ou deux sur la fin). Des kilomètres de sopalin usé (j'exagère là encore, seulement un rouleau ou deux). Et, je crois, des objectifs remplis.

Parce que ça peut quand même utile et parce que je n'ai jamais trouvé ça ailleurs, je vous fais quand même un petit compte-rendu de ce qu'il s'est passé entre le moment où on a enlevé la couche et où elle a (à peu près) compris comment fonctionnait le pot.

Ce qu'il faut savoir en tout premier lieu, c'est qu'un bébé, ce n'est pas comme un adulte. Ça fait pas pipi cinq fois par jour. Ça fait pipi cinq fois par heure (et parfois plus souvent encore !). Enlever la couche d'un enfant qui n'est pas encore propre, c'est donc s'exposer à du pipi. Beaucoup de pipi. Partout (parce que oui, un enfant, ça bouge).

Et pas toujours à des endroits "pratiques". J'ai tremblé quand elle est allée jouer sur le lit (le nôtre, hein, tant qu'à faire). J'ai dévié sa course quand je l'ai vue se précipiter sur le canapé. Je n'étais pas rassurée quand elle est allée faire des dessins sur une de nos chaises paillées (oui, c'est rustique chez nous, y'a des chaises avec de la paille, comme chez Mémé). Et je n'ai pas pu empêcher un "accident" (qui n'en était techniquement pas un, la base n'étant pas du tout acquise) sur son petit siège en tissu. 

Direction la machine à laver, avec la housse de transat, le tapis d'éveil, aspergés au passage (par moi, qui retirais la housse du siège), et les chaussettes bien évidemment. Bilan provisoire : une machine de lancée. Mais une fois tous ces éléments en tissu retirés par la force des choses, le terrain était quand même bien plus "safe".

(Conseil  si vous n'être pas fou amoureux de votre machine à laver, comme moi je le suis, pensez à retirer les éléments en tissu avant de lâcher bébé.)

Seconde chose à savoir : à 2 ans (après deux ans de couches), il n'est pas naturel pour un enfant de faire pipi par terre. Et ma Choupie en était très gênée. Elle m'indiquait avec ses mots qu'il y avait "de l'eau", qu'il y en avait "partout", et elle était toujours un peu paniquée en sentant que ça venait.

Mais ça a permis de mettre les bons mots sur les bonnes sensations. Je lui disais qu'elle avait fait pipi, qu'on faisait pipi sur le pot et je l'emmenais au pot pour qu'elle fasse le lien. Les dix premières fois, elle n'a rien fait de plus dessus. La onzième, elle a pu terminer dedans. La douzième, elle m'a prévenue avant de faire pipi, et est allée sur le pot quand je lui ai dit, et y a fait ce qu'elle devait y faire. Danse de la victoire.

Néanmoins, après ça, il était déjà temps de remettre la couche. Le but, c'était d'expérimenter, de faire un petit état des lieux, pas qu'elle soit propre à la fin du week-end (ça aurait été compliqué, puisqu'on a passé le dimanche chez mes parents !).

Elle a un peu beaucoup râlé quand je lui ai remis la couche. Je crois que pour elle, c'est plus agréable d'être les fesses à l'air (et c'est aussi pour ça que j'aimerais qu'elle soit propre rapidement, pour son propre confort !). Mais je l'ai quand même sentie soulagée ! Plus de pression : elle a pu jouer, sauter sur le lit et courir partout sans se poser de question !

(D'ailleurs, cette couche a été assez rapidement remplie, donc je pense aussi que jusque là, elle se retenait, dans une certaine mesure.)

Évidemment, ce n'est pas très pratique de lancer un tel protocole quand on travaille tous deux en semaine. Je ne vais pas demander à la nounou de faire pareil et de voir sa propre maison (re)baptisée au pipi. Du coup, on n'a plus que les week-ends (et on n'a pas non plus que ça à faire de nos week-ends que d'observer notre fille se balader fesses à l'air dans notre appartement pendant deux jours).

Je me demande donc si on réussira à transformer l'essai avant mes vacances, dans deux mois, et si ça sert vraiment à quelque chose de retenter avant. Même si je suis persuadée que ce sera bien plus simple les prochaines fois.

Je ne peux quand même pas m'empêcher, au terme de cette journée éprouvante, de penser aux petits chats, qui trouvent le chemin de la caisse instinctivement et sont propres en quelques jours une fois le sevrage initié. Ça fait rêver !