Si vous me suivez depuis un petit moment (oui, vraiment un petit moment, car ça ne fait pas si longtemps que j'en ai parlé) (ah tiens, si, c'était en août) (anyway, si vous voulez me suivre mais que vous ne savez pas comment, rejoignez-moi sur Facebook !), vous savez que l'idée d'un deuxième enfant me trotte dans la tête.

C'est vrai que parfois souvent, quand je me penche sur la question, ça me semble un peu prématuré, avec Choupie qui est encore tellement demandeuse et qu'on a déjà du mal à satisfaire ! Mais dans l'histoire de notre famille, j'ai l'impression qu'il serait temps.

J'ai deux ans d'écart avec ma soeur et j'ai toujours trouvé que c'était un écart parfait. Attention, je ne dis pas que c'était le grand amour avec ma soeur, hein (au contraire, on passait nos journées à se battre chamailler), mais je n'imaginais pas d'autre écart pour mes enfants. Deux ans, ni plus ni moins.

Pourtant voilà, le bon moment pour des bébés ayant deux ans d'écart, ça fait déjà bien longtemps qu'il est passé ! Et ce n'est pas encore aujourd'hui que nous pourrons relancer la machine à bébés, puisque la seule certitude que nous avons concernant l'avenir, c'est celle de ne pas pouvoir vivre à quatre sur le salaire de Papa-chat. Alors non, pas de mini-chat pour la famille Chat !

Heureusement, j'ai une technique infaillible pour ne pas me morfondre dans la non-gestation. En fait, ce n'est pas compliqué : il me suffit de repenser à tout ce que je n'ai pas aimé dans ma grossesse et à tout ce que j'aime dans le fait de ne pas être enceinte.

Je dédie donc cet article à toutes les personnes qui ne peuvent pas tomber enceinte (pour une raison X ou Y) et à toutes les personnes en fin de grossesse (pour un avant-goût du bonheur). Inversement, j'en déconseille la lecture aux personnes en essais bébé ou en début de grossesse (vous voilà prévenues : je décline toute responsabilité si tout d'un coup, vous trouvez le temps long) !

cam-reine-du-monde2

(Bon, en fait, sur cette photo, j'étais précisément enceinte, puisqu'elle a été prise pendant mon enterrement de vie de jeune fille il y a deux ans et demi.) (Non, je n'avais pas plus récent : à partir du jour où tu as un bébé, plus personne ne te prend en photo...) (Je ferais bien un article "10 bonnes raisons d'être heureuse de ne pas avoir d'enfant"... mais malheureusement, ça, c'est plus possible pour moi, j'ai signé à vie...)

Quand je ne suis pas enceinte, j'aime :

1) Me sentir bien dans mon corps. Juste bien, sans limite de degré ou de durée. Ne pas avoir de nausées, ne pas faire de malaises, n'avoir mal ni au ventre, ni aux jambes, ni au dos... Et ne pas trouver ça exceptionnel, juste normal.

2) Ne pas voir mon vagin devenir the place to be dans les milieux branchés médicaux. C'est flatteur, d'accord, mais non, merci, vraiment. J'aime ne pas passer mon temps chez le docteur (à l'hôpital/chez la sage-femme/chez le psy...). J'aime ne pas avoir l'impression d'être toujours malade. J'aime que mon corps reste un lieu privé. J'aime qu'on me fiche la paix, voilà.

3) Faire ce que je veux de ma vie. Manger et boire ce qui me plaît, sans que cela n'ait d'incidence sur personne. Marcher toute la journée, courir, me cogner... never mind ! La seule à avoir des carences, des bleus ou la gueule de bois, c'est moi !

4) Ne pas voir le temps passer ! C'est fou à quel point neuf mois, c'est court quand on n'en attend rien, quand on laisse juste le temps s'écouler tranquillement. J'ai mes petites échéances : Efluent Mums, candidatures pour les chroniqueuses grossesse (oui oui, j'adore quand même échanger avec les femmes enceintes !), Noël... Mais elles ne m'obsèdent pas au point de sentir chaque seconde passer lourdement dans ma vie.

5) M'investir pleinement au travail, sans que rien ne me limite. On peut toujours compter sur moi, je suis une personne FIABLE. Dans les prochaines semaines, je n'ai prévu ni arrêt maladie, ni congé patho, ni congé maternité, ni congé parental... Le pire qui puisse m'arriver, c'est une appendicite. Ah ben non, plus maintenant, en fait.

6) Ne pas vivre dans la peur, dans l'angoisse de l'incertitude. Ma vie est simple : le matin, les personnes que j'aime le plus au monde se réveillent à côté de moi, ça ne me vient (presque) jamais à l'idée qu'elles pourraient mourir soudainement sans même que je ne le sache.

7) Être seule. Je suis une solitaire dans l'âme, j'aime avoir des moments qui n'appartiennent qu'à moi (bon, j'avoue, Choupie m'accompagne quand même assez souvent aux toilettes !). Après avoir tant voulu que mon ventre soit plein, pendant des années et des années, j'éprouve un réel plaisir à le sentir vide, complètement vide. Pas de bizarrerie, pas de prise de tête. Je suis une seule personne, et je me plais ainsi !

8) Ne pas me noyer dans un puits sans fond de paperasse diverse et variée : déclaration de grossesse, résultats d'analyse, comptes-rendus d'échographie, congé mat, inscription à la maternité... Tout étant bien sûr SUPER important et à conserver... Pour moi qui ne sais déjà pas habituellement où j'ai rangé ma dernière facture EDF...

9) Pouvoir dormir la nuit. N'être dérangée ni par les envies pressantes, ni par les coups dans les côtes, ni par le volume de mon ventre, ni par les insomnies de fin de grossesse, ni par une myriade de questions existentielles. Me poser et roupiller du sommeil du juste, sans même y réfléchir.

10) Retrouver mon super pouvoir d'invisibilité. C'est vrai, plus personne ne me propose sa place dans le bus, mais qu'est-ce que j'en ai à fiche, puisque depuis que j'ai déménagé à la campagne, je ne le prends jamais je suis BIEN (voir point n°1). En pleine possession de mes moyens physiques, je peux tout à fait rester debout dans le tram et faire la queue au supermarché. Et c'est vrai, plus personne ne me complimente sur mon joli ventre rond, mais au moins, les gens qui me parlent le font uniquement pour moi (oui, bon, souvent quand même, ils me complimentent sur Choupie, ok ok) : je suis redevenue une personne, je ne suis plus juste un ventre.

Alors, ça ne vous donne pas envie à vous aussi de ne pas être enceinte, tout ça ? De ne pas signer pour une grossesse tout de suite ? De ne pas vous engager dans neuf mois de bonheur patraque et nauséeux ? Amies non enceintes, nul besoin de conciliabule : profitons de notre liberté !

Car on sait bien que demain, toutes ces considérations s'envoleront loin bien loin telles une nuée de papillons fous, et qu'on fera (parfois à nouveau !) la plus belle erreur de notre vie...